Le syndrome du canal carpien

Définition

Le syndrome du canal carpien est dû à la compression du nerf médian lors de son passage dans le canal carpien.
Le canal carpien est une gouttière formée par les os du carpe, il est recouvert par le ligament annulaire antérieur.

Symptômes

Le syndrome du canal carpien peut apparaître de façon soudaine, suite à un traumatisme ou à une sollicitation forte et inhabituelle du poignet, mais la forme la plus fréquente est la forme progressive.
Les symptômes sont surtout des troubles sensitifs (engourdissements et fourmillements) au niveau des trois premiers doigts et du bord externe du quatrième doigt de la main, mais peuvent aussi se compliquer d’une déficience musculaire.

Ces symptômes apparaissent généralement la nuit ou au cours d’activités sollicitant la main et le poignet.

Dans les formes évoluées, la douleur peut irradier dans la main et l’avant bras.

Traitement

Dans un premier temps, un traitement d’anti-inflammatoires non stéroïdiens par voie orale est institué. En cas d’échec du traitement par voie, des infiltrations de corticoïdes sont réalisées.
Si les symptômes persistent malgré le traitement médicamenteux, l’intervention est la seule alternative
Un examen complémentaire, l’électromyogramme, est prescrit en préopératoire, il détermine l’activité électrique du nerf et indique ainsi son degré de souffrance.

Intervention

L’intervention peut se faire sous anesthésie générale, ou anesthésie locorégionale. Elle se déroule au bloc opératoire dans des conditions rigoureusement aseptiques.

Le chirurgien et l’équipe du bloc vous installent en position dorsale sur la table d’opération.
Après la préparation cutanée d’usage au bloc opératoire, les champs stériles sont placés.
L’intervention consiste à libérer le nerf médian dans le canal carpien en sectionnant le ligament annulaire.

Deux techniques sont possibles :

Suites opératoires

La plupart du temps d’intervention peut se pratiquer en ambulatoire.

La reprise de gestes simples de la main peut se faire dès le premier jour post-opératoire.

L’arrêt de travail sera de 8 à 30 jours selon le type d’activité professionnelle.

Les fourmillements disparaissent immédiatement. Les autres symptômes disparaissent très rapidement si l’indication opératoire est posée à temps, en revanche quand le patient a trop tardé avant de consulter et que le nerf est très endommagé, il peut perdurer des troubles sensitifs ou moteurs.

Risques opératoires