La ligamentoplastie du croisé antérieur

Anatomie du genou

Le genou est composé de deux articulations :

 

La stabilité du genou est assurée par des ligaments :

Enfin les ménisques internes et externes sont deux amortisseurs en forme de croissant entre le fémur et le tibia.

Anatomie du genou

Genou en flexion

Anatomie du genou

Les ligaments croisés antérieur et postérieur constituent le pivot central du genou, ils se croisent au centre de l’articulation. Le ligament croisé antérieur s’insère en antéro interne du tibia et en postéro externe du fémur. Derrière lui se trouve le ligament croisé postérieur.

Les ligaments ont un rôle stabilisateur dans l’articulation. Le ligament croisé antérieur empêche les mouvements de translation antérieure (appelé tiroir antérieur) et la rotation interne du tibia par rapport au fémur.

Indication

La rupture du ligament croisé antérieur survient le plus souvent lors de traumatismes sportifs à type de torsion du genou.
Les signes sont la douleur violente, parfois avec une perception de craquement lors du traumatisme et une hémarthrose.

Le traumatisme rendant le genou douloureux, l’examen clinique, pour être complet, doit se faire à distance du traumatisme qui rend le genou trop douloureux. Cet examen recherche en particulier la présence d’un tiroir antérieur.

L’IRM confirmera la suspicion diagnostique en retrouvant la rupture du ligament croisé.

L’indication opératoire est posée, à distance du traumatisme, après échec d’une rééducation proprioceptive bien conduite, chez un patient présentant des épisodes d’instabilité récidivants.

ligament croisé antérieur intègre sous arthroscopie

Ligament croisé antérieur visualisé sous arthroscopie

Intervention

La ligamentoplastie du croisé antérieur se pratique dans la grande majorité des cas sous arthroscopie.

Les deux techniques opératoires les plus couramment utilisées sont :

Le choix de la technique opératoire est fait par le patient et le chirurgien.

 

L’intervention peut se faire sous anesthésie générale, ou anesthésie locorégionale. Elle se déroule au bloc opératoire en salle d’orthopédie dans des conditions rigoureusement aseptiques.
Comme pour la plupart des interventions en chirurgie orthopédique, une antibiothérapie péri opératoire est instituée selon les recommandations de la SFAR (société française d’anesthésie et réanimation)
Le chirurgien et l’équipe du bloc vous installent sur le dos sur la table d’opération, un garrot est placé en haut de la cuisse pour éviter le saignement gênant la visibilité de l’articulation pendant l’intervention.
Après la préparation cutanée d’usage au bloc opératoire, les champs stériles sont placés.

Le premier temps opératoire est le prélèvement du transplant par une incision de 3 à 4 centimètres
Pour le DIDT, les deux tendons (droit interne et demi tendineux) sont prélevés et tressés

Pour le Kenneth Jones, un tiers du tendon rotulien est prélevé avec, à chaque extrémité, son insertion sur un fragment osseux.

Dans un deuxième temps, sous arthroscopie, deux tunnels sont creusés au niveau des insertions anatomiques tibiale et fémorale du ligament croisé antérieur.

Le troisième temps opératoire consiste à glisser le greffon dans ces tunnels et le fixer par des vis résorbables, éventuellement complétées d’une agrafe.

Suites opératoires

Vous pourrez vous lever en prenant appui sur votre membre inférieur opéré dès lendemain de l’intervention sous couvert d’une attelle de genou pour éviter une flexion intempestive.
La rééducation est essentielle au décours de la chirurgie ligamentaire.
Un traitement anticoagulant préventif est prescrit pendant trois semaines.
Les pansements sont effectués par une infirmière et les fils sont retirés le 12ème jour postopératoire
La durée de l’arrêt de travail est variable suivant l’activité professionnelle
Les sports de pivot peuvent être repris à partir du 6ème mois, les sports moins violents à partir du 3ème mois.

Les risques opératoires